Le nouveau pari de Partouche à Montpellier

Tout commence par une boutade de Patrick Partouche, patron du groupe éponyme, un des leaders européens dans le secteur du jeu et des machines à sous : «Avant même de démarrer, ça m’avait coûté quelque chose». Le dirigeant fait allusion à la performance d’un supporter à la mi-temps du match Montpellier / Rennes lors de la 1re journée de Ligue 1. En touchant trois fois la barre transversale en autant de tentatives, ce petit chanceux a gagné 50.000 euros de la part du tout nouveau sponsor maillot du Montpellier Hérault Sport Club (MHSC) : Pasinobet, nouvelle marque de paris sportifs en ligne du groupe Partouche.

Ce qu’explique Patrick Partouche derrière son trait d’humour, c’est que l’argent n’est pas le moteur du projet. Pasinobet n’est qu’une goutte, dans l’océan du groupe qu’il gouverne. La plateforme est d’abord là pour répondre au besoin, d’une clientèle physique qui fréquente partout en Europe les casinos et hôtels estampillés Partouche. A l’avenir, des corners dédiés à la diffusion des rencontres sportives vont s’ouvrir dans les établissements de l’enseigne.

Fabrice Paire, président du directoire du groupe Partouche, et Benjamin Abou, président de Pasinobet, ne disent pas autre chose des ambitions de l’opérateur. Tout juste confessent-ils viser «de 1 à 2%» de parts du marché. Un taux pouvant sembler modeste au regard des moyens déployés à l’occasion de ce lancement. Sur les offres d’abord : un classique premier pari remboursé, mais également 10 euros offerts sans dépôt à la validation du compte. C’est quelque chose de provisoire, mais d’unique sur le secteur.

Répondre à le clientèle physique des casinos

Sur la communication et le sponsoring, ensuite. Ce lundi à la tribune beaucoup d’anciens champions étaient présents : Jackson Richardson (handball), Vincent Clerc (rugby), Jean-Pierre Papin et Djibril Cissé (football), Mickaël Llodra (tennis) et Marion Rousse (cyclisme). Chacun devient ambassadeur de Pasinobet et est chargé de produire des tutos, de donner des conseils ou de contribuer à des opérations promotionnelles.

Mardi 10 septembre a débuté une campagne sur des supports numériques. Le film est également diffusé sur quelques chaînes de sport. La marque signe aussi des partenariats avec d’autres équipes de la Ligue 1 pour bénéficier de visibilité dans les stades. Et donc, depuis le début de la saison, Pasinobet est le sponsor maillot du Montpellier Hérault.

« Avec Lille, nous clôturons une aventure extraordinaire de 15 ans où nous étions à la fois actionnaire et sponsor principal, explique Patrick Partouche. Nous n’étions plus sponsor en Ligue 1 depuis deux saisons et Montpellier a été une opportunité pour nous». Le patron du groupe de jeux d’argent a d’autant plus approuvé l’idée, qu’entre lui et la famille Nicollin, qui détient le club montpelliérain il existe «une culture d’entreprise similaire, ce sont deux affaires familiales et deux familles passionnées par le football,» assure le dirigeant. L’histoire débute avec le ballon rond, mais elle a vocation à s’étendre vers d’autres disciplines. «C’est peut-être ce qui me réjouit le plus, conclut Patrick Partouche. Nous allons rentrer dans des sports que nous connaissons peu.» Il est fort à parier que les patrons de clubs professionnels de rugby, handball, basket-ball ou volley-ball se réjouissent déjà.  

Thomas Filhol
Article publié en association avec Sportune.fr