Election au CNOSF: le Grand Oral n’a pas désigné son vainqueur

Une introduction d’une minute trente. Deux minutes pour répondre à dix questions tirées au hasard. Puis une conclusion en une minute trente encore. Le format du “grand oral” des quatre candidats à la présidence du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), était réglée comme du papier à musique ce mardi 16 juin. Installés derrière un pupitre sur le podium de l’auditorium de la Maison du Sport, à Paris, Emmanuelle Bonnet Oulaldj, Brigitte Henriques, Patrice Martin et Thierry Rey se sont exprimés durant 90 minutes, le temps d’un match de football, devant les représentants des 108 fédérations votantes.

Sur la forme, ce fut, selon l’aveu des quatre protagonistes, un exercice difficile. Toutefois, aucun ne regrette sa prestation. Au pire peut être, quelques précisions oubliées. Sur le fond, les quatre candidats ont réussi à revenir sur les grandes lignes de leur programme. Thierry Rey a réédité son souhait de demander la présidence de l’Agence nationale du sport aussitôt élu. Patrice Martin, a mis en avant la nécessité de rassembler tous les acteurs dans une “Agora du sport”. Brigitte Henriques a évoqué la cohésion sociale du sport et la puissance du collectif… qu’elle pratique au football. Emmanuelle Bonnet Oulaldj, qui se considère comme une sportive de tous les jours et une “candidate normale”, a assuré que sa force était de venir d’une fédération omnisport (FSGT).

Quelques pics ont tout de même été échangés, notamment entre Thierry Rey et Patrice Martin. « Thierry a beaucoup d’ambition », a lancé le second en direction du premier. « Des candidats sont déjà dans le sérail, ou vice-président. Qu’ont-ils faits ? » s’est interrogé en retour Thierry Rey en visant, sans les nommer directement, Brigitte Henriques et Patrice Martin. « Et moi, je me demande ce qu’on pu faire des personnes quand elles étaient très proches de l’Etat, du Président de la République, » rétorque Patrice Martin, en pensant évidemment à Thierry Rey, ancien conseiller aux sports de François Hollande.

Des points ont-ils été gagnés par les candidats après cet exercice ? Thierry Rey affirme, lui, qu’il ne s’est pas posé cette question. Il assure « être dans une bonne dynamique ». Il vérifiera si c’est effectivement le cas mardi 29 juin, jour de l’Assemblée générale élective au CNOSF.

© SportBusiness.Club Juin 2021