Impacté, le sport amateur a déjà ses solutions

Deux initiatives viennent d’être lancées pour soutenir financièrement les clubs sportifs touchés, comme d’autres secteurs, par la crise économique post-coronavirus. De bon augure dans un contexte où justement le club joue un rôle essentiel dans la pratique sportive en France. Et pas seulement sur le volet économique. Selon une enquête menée par Sport & Citoyenneté et Grinta by La Centrale du Sport*, plus de huit sportifs licenciés sur dix (83,7%) affirment que l’absence de pratique sportive dans un club a un impact négatif sur son moral. C’est quasiment autant sur l’aspect motivation (74,9%) et bien-être (80,8%).

D’ailleurs, pour 43% des sportifs interrogés, la première motivation pour rejoindre un club est la création de liens sociaux avec les autres. Des chiffres qui démontrent le rôle social de ces structures amateurs et le besoin de les accompagner économiquement. D’autant que, d’après l’enquête, chaque club a dû annuler en moyenne près de 8 événements à cause de la crise sanitaire et la période de confinement en France. Cela représente un manque à gagner estimé à 6.745 euros en moyenne par club.

Baisse des cotisations et du sponsoring

Plus généralement, 81% des clubs interrogés affirment que la crise sanitaire impactera plus ou moins fortement leurs ressources à venir. Le poste de recettes le plus impacté pourrait être celui des cotisations. Toutefois, seul moins de un club sur trois craint que la recul soit supérieur à 25%. Cette part d’inquiétude est beaucoup plus importante en ce qui concerne les recettes de sponsoring : 60% pensent que ces ressources vont baisser au moins d’un quart.

Pour autant, le monde sportif amateur ne baisse pas les bras et a déjà relevé le challenge du “monde d’après”. L’enquête laisse ainsi apparaître que si les clubs ne souhaitent ni augmenter les cotisations ni supprimer les primes de matchs, ils espèrent passer ce mauvais cap en décalant certains événements, en en créant de nouveau grâce à la mobilisation des adhérents, et surtout en allant démarcher de nouveaux sponsors.

© SportBusiness.Club Mai 2020

(*) Enquête «Agir pour le sport amateur» réalisé par La Centrale du Sport/Grinta et le Think tank Sport et Citoyenneté du 27 avril au 11 mai : 3.110 participants, 2.478 clubs, 632 licenciés. Plus de 40 disciplines sportives.


Structure économique des clubs amateurs*

  • Budget annuel
    • moins de 10 000 euros : 30,9%
    • 11 000 à 50 000 euros : 32,8%
    • 51 000 à 200 000 euros : 26,2%
    • plus de 200 000 euros : 10,1%
  • Ressources
    • Cotisations : 36,8%
    • Subventions publiques : 17,6%
    • Animations et événements : 15,2%
    • Sponsoring : 9,6%
      • dont Artisans et commerçants locaux : 38%
      • dont entreprises industrielles : 17%
      • dont enseignes de distribution : 13%
      • dont bars et restaurants : 12%
    • Dons et mécénat : 6,4%
    • Boutique club : 3,2%
    • Autres : 11,2%