Joël Bouzou : «Le sport pourrait sembler secondaire. Il ne l’est pas.»

Tribune. A l’occasion de la Journée mondiale du sport pour le développement et la paix, Joël Bouzou, président-fondateur de Peace and Sport, réaffirme les valeurs universelles du sport et invite les sportifs du monde entier à rejoindre la campagne White Card.

«Ce lundi 6 avril 2020 aurait dû être un jour de célébration. Comme tous les ans à pareille date, la Journée Internationale du Sport pour le Développement et la Paix aurait dû rassembler les communautés et les gens physiquement. Elle s’annonçait comme une nouvelle illustration de la mobilisation collective du mouvement sportif, un peu partout dans le monde, à un peu plus de 100 jours des Jeux de Tokyo 2020. Elle le sera. Mais les circonstances exceptionnelles imposées par la pandémie du coronavirus lui donneront, cette année, une dimension et une forme particulières. A un moment où la planète entière se bat au quotidien pour sa santé, face à un virus aux effets encore incontrôlables, le sport pourrait sembler secondaire, voire futile. Il ne l’est pas. Au contraire, il peut être une plateforme de solidarité mondiale.»

«Par sa portée universelle, le sport peut accompagner l’effort collectif de lutte contre l’épidémie. Par leur charisme et leur image, les champions peuvent apporter espoir et courage à des communautés inquiètes pour leur avenir et désemparées face à l’ampleur du fléau. Par leur histoire et leur parcours, ils s’imposent comme des modèles crédibles et inspirants pour délivrer aux populations des conseils de santé et un discours responsable. Depuis deux semaines, ils utilisent les réseaux sociaux pour insister sur l’importance de respecter les règles et de rester à la maison. Ces derniers jours, nous avons vu d’autres types de manifestations du monde du sport pour la solidarité. Les stades et les terrains d’entraînement qui accueillaient autrefois des rencontres sportives sont maintenant adaptés pour aider les malades et soutenir la lutte contre la pandémie. Certaines équipes sportives dans le monde entier collectent des fonds et contribuent aux hôpitaux, aux employés des stades et à d’autres personnes touchées par le COVID-19.»

Le sport exige de savoir s’adapter

«Peace and Sport est déterminée à utiliser cette Journée Internationale du Sport au service du Développement et de la Paix, pour appeler à l’action commune et à la solidarité mondiale avec la même ardeur et le même engagement que les années précédentes. La promotion de la paix ne s’arrête pas en période de crise sanitaire. Au contraire, il ne peut y avoir de paix sans santé et sans bien-être des populations. Nous appelons à une mobilisation digitale ce lundi 6 avril 2020 au moins égale, sinon supérieure, à celle des années précédentes avec la campagne #WhiteCard. Le respect des règles de santé n’empêche pas l’expression individuelle de notre attachement à la cause de la paix par le sport. Les restrictions peuvent favoriser la créativité et l’innovation. Les athlètes de haut niveau le savent. Le sport exige de savoir s’adapter. Cette année, cette capacité est devenue une nécessité afin de maximiser la contribution du sport dans le contexte actuel.»

«Nos Champions de la Paix lèveront leur #WhiteCard pour appeler chacun à se mobiliser pour la solidarité et l’unité mondiales. Chacun d’eux a une histoire et une carrière extraordinaires. Ils sont des sources d’inspiration et de courage dont la portée est encore plus forte en ces temps de crise et de perte de repères. Le message de la Journée Internationale du Sport au service du Développement et de la Paix et de la #WhiteCard prend toute sa signification dans le contexte actuel. Aujourd’hui, plus que jamais, le sport doit continuer à renforcer les liens qui nous unissent, à contribuer à la lutte contre la crise actuelle et à être utilisé comme un outil permettant d’envisager et de façonner l’avenir que nous souhaitons. C’est le moment de se rassembler en une seule équipe mondiale grâce à la #WhiteCard

Joël Bouzou, président-fondateur de Peace and Sport.