Le casque, bouffée d’oxygène pour le hockey américain

Privées de recette de billetterie en raison de matchs disputés à huis clos, les équipes professionnelles de la NHL (National Hockey League) cherchent de nouveaux revenus. Elles viennent d’obtenir l’ouverture d’un nouvel espace publicitaire à vendre : les casques de leurs joueurs. La ligue professionnelle nord-américaine a approuvé ce principe fin décembre. Selon une estimation réalisée par la chaîne canadienne TSN, les revenus générés par les casques pourraient atteindre jusqu’à 15 millions de dollars (12,2 millions d’euros). Les plus grandes équipes peuvent espérer entre 1 à 2,5 millions de dollars (0,8 à 2 millions d’euros).

« Il s’agit de sauver des emplois et des équipes, a déclaré un porte-parole de la NHL à TSN. Savez-vous combien d’argent nous allons perdre sans supporters dans les arènes ? Nous sommes en pleine hémorragie et nous devons trouver une option possible pour garder nos collaborateurs ». Des partenaires différents, selon les matchs à domicile et à l’extérieur, sont autorisés. Les équipes n’ont pas attendu le feu vert de la Ligue pour prospecter les marques.

Trois des principales franchises de la NHL ont déjà signé des partenariats pour leurs casques, notamment les Devils du New Jersey, les Capitals de Washington et les Predators de Nashville qui auront été les premiers à signer un sponsor pour ce nouvel espace. L’histoire retiendra qu’il s’agit de Bridgestone, le fabricant japonais de pneus déjà namer de l’Aréna où se produit l’équipe. Les autres marques à s’être associées au hockey et s’afficher sur les casques sont des sociétés financières (Capital One, Moutain American Credit Union), une entreprise chimique (PPG), une autre de l’industrie pharmaceutique (Dignity Health), et… une marque de casques (Bell).

Isabelle Gratien Éboué
© SportBusiness.Club Janvier 2021