Les Français prêts à revenir au stade

Alors que le déconfinement s’accélère en France et que les activités économiques et sociales reprennent, les stades sonnent encore creux. Si les compétitions doivent reprendre, à ce jour ce serait sans doute à huis clos. Et pourtant, le sport en compétition, en tant que spectateur ou participant, manque aux Français, selon une enquête Ifop pour Weezevent*, la plateforme de billetterie en ligne pour le sport et les loisirs. La pratique du sport en compétition, comme une course à pied populaire, est même l’activité de loisir qui manque le plus aux Français (60%). L’événement sportif vient peu après (41%). C’est devant toutes les autres activités, exceptés les festivals de musique. 

« Au global, une très grande majorité, 93%, indique ressentir un manque de pratique d’activités de divertissement en général », commente Pierre-Henri Deballon, président de Weezevent, dont l’activité, plus de 20 millions de billets gérés (gratuits et payants) en 2018, a chuté de 90% lors du confinement lié à la crise sanitaire du coronavirus. Mais il n’est pas inquiet : « Toutes les personnes interrogées, 100%, affirment qu’elles reprendront leurs activités de loisirs tôt ou tard, » ajoute-t-il. Pour cela, plusieurs freins devront être levés, notamment ceux liés de près à la sécurité sanitaire. 

Même pas peur

L’univers du sport est justement celui suscitant le moins de craintes : seul un quart (25%) avoue avoir de l’inquiétude pour rapidement participer à nouveau à une compétition. Ce taux est cependant beaucoup plus élevé chez les spectateurs d’événements sportifs : 64%. La peur de la trop grande proximité avec les autres supporteurs en est certainement la cause principale. C’est un peu plus que le cinéma et les parcs à thèmes, mais un peu moins que les concerts ou les salons et foires. 

« Tout l’enjeu va être de raccourcir l’échéance pour le retour du public dans les stades, explique Pierre-Henri Deballon. Cela passera par des règles sanitaires strictes, notamment la formation des équipes d’accueil du public. Leur comportement devra rassurer les spectateurs et les mettre en confiance ». D’autant que la moitié des supporteurs se dit prête à retourner au stade dès l’ouverture ou quelques semaines après. « Je vois que le potentiel est très important, » analyse le patron de Weezevent avec un certain optimisme.

© SportBusiness.Club Juin 2020

(*) Enquête Ifop « les Français et la reprise des activités de divertissement événementiel post-confinement » pour Weezent réalisée du 18 au 20 mai auprès de 1 017 personnes âgées de 18 ans et plus.