Le chiffre d’affaires de la filière sport a chuté de 30%

La filière marchande du sport, rassemblant les acteurs industriels du secteur, a perdu 30% de son volume d’activité à cause de la crise sanitaire et des deux mois de confinement, indique le Groupe BPCE qui, début 2020, avait lancé un baromètre économique sur cet univers professionnel. Le groupe bancaire estime que le chiffre d’affaires direct du sport, hors investissements en sponsoring, achats de droits TV et valorisation des activités des structures sportives, devrait s’élever à 54 milliards d’euros cette année, contre 78 milliards prévus. 

Concernant l’activité des structures sportives, le Groupe BPCE rappelle que le budget des associations sportives fait appel à 22% aux subventions publiques, contre 45% pour la moyenne de cet univers, et du coup elles “sont davantage sensibles aux aléas de l’environnement.” Par ailleurs, “35% de leurs recettes d’activité sont liées à la tenue d’événements qui ont été souvent annulés.” La majeure partie des 85 000 structures sans salarié, essentiellement des entraîneurs individuels, devrait subir une perte d’activité estimée entre 25 et 40%. 

Toutefois, le groupe BPCE pronostique aussi ”un fort rebond“ pour l’année prochaine. Cette prévision s’appuie, d’une part, sur le fait que “à moyen terme” l’économie du sport devrait bénéficier “de la prévalence des enjeux de santé publique et de la montée des préoccupations individuelles pour la préservation du capital santé”, et, d’autre part, de “l’évolution des pratiques qui pourrait s’accélérer et stimuler le développement des SporTech”. BPCE fait référence aux plateformes numériques “plébiscitées” pendant le confinement. D’autant que plus d’un tiers des pratiquants sportifs durant cette période affirme vouloir désormais faire plus de sport.

© SportBusiness.Club Juin 2020

1 Rétrolien / Ping

  1. OLBIA Conseil Cette semaine 25, Olbia a appris que…

Les commentaires sont fermés.