MGEN assure avec le ski nordique

Martin Fourcade, le biathlon et maintenant l’ensemble des disciplines du ski nordique. MGEN passe une nouvelle étape dans son sponsoring sportif en devenant pour quatre saisons, de l’été 2020 à avril 2024, partenaire officiel de la Fédération française de ski et des équipes de France de biathlon, ski de fond, de saut et de combinée nordique. « C’est un prolongement de notre engagement qui a débuté avec Martin Fourcade, explique Roland Berthilier, président du groupe MGEN.

Le logo de la mutuelle s’affichera sur les tenues de compétitions des tricolores et des membres de l’encadrement, mais également sur les carabines des biathlètes, les jumelles des entraîneurs de tir ainsi que dans l’atelier de fartage mobile de l’équipe de France de Biathlon. « Nous ne recherchons pas le retour sur investissement immédiat, explique Roland Berthillier. Nous nous inscrivons dans un temps long. Il s’agit d’un projet à long terme car notre objectif est de développer la pratique du sport. Durant cette crise sanitaire, ceux qui s’en sortent le mieux sont les pratiquants réguliers de sport. Le sport-santé est une des marque de MGEN »

En devenant partenaire officiel des équipes de France, la mutuelle ne se sépare pour autant pas de son icône préférée, Martin Fourcade. Bien que retraité sportif le quintuple champion olympique dont l’image est associée avec celle de la MGEN depuis 2014, poursuit avec son sponsor. « Nous avons débuté avec lui en le montrant avec ses skis aux pieds, comme un athlète de biathlon, rappelle Roland Berthilier. Aujourd’hui, dans nos films, c’est l’homme qui est présenté. Celui qui partage nos valeurs ». Deux autres athlètes tricolores sont ambassadeurs de MGEN : Perrine Laffont, leader mondiale du ski de bosses, et Lucas Chanavat, le leader de l’équipe de France de ski de fond.

© SportBusiness.Club Septembre 2020


Trois questions à Roland Berthilier, président du groupe MGEN

Roland Berthilier, président du groupe MGEN

Martin Fourcade désormais retraité, ne craignez-vous pas une baisse de l’intérêt des Français pour le biathlon et donc une diminution de l’exposition de votre marque ?

Roland Berthilier : « On peut toujours se poser la question car Martin [Fourcade] était un champion d’exception et il tirait l’audience. Cependant, aujourd’hui le biathlon s’est installé dans le paysage médiatique français, grâce notamment à La Chaîne L’Equipe. Ce triptyque a très bien fonctionné et aujourd’hui, surtout, le relais est assuré avec notamment Émilien Jacquelin ou Quentin Fillon Maillet. Non, nous n’avons pas trop de crainte. Le fait que l’on soit partenaire depuis deux ans du biathlon et du ski nordique aujourd’hui dans son ensemble est une très belle image ».

MGEN créée-t-elle son territoire de communication avec ces disciplines, à côté du ski alpin ?

R.B. : « Oui. Ce sont surtout des disciplines que tout le monde peut pratiquer à tout âge. Et puis, en ski de fond il y a cette image de liberté qui nous plait. On peut en faire avec les amis ».

Pourquoi choisir le partenariat d’équipes et non pas de plusieurs athlètes individuels ?

R.B. : « Le reproche qui pouvait nous être fait est de parrainer un athlète et pas un collectif. Or, une mutuelle, c’est d’abord une entreprise collective. C’est se protéger les uns les autres mutuellement. C’est un beau mot. Le fait d’aller vers les équipes est aussi l’aboutissement d’un processus ».


Ski : le jeu des 4 familles

La Fédération française de ski (FFS) ne la joue pas collectif pour ses disciplines. Quatre familles sont proposées aux marques via la filiale commerciale de la fédération, Publiski : alpin, nordique, freestyle et snowboard. « Ce choix a été fait car ces disciplines intéressent des publics différents », justifie Michel Vion, président de la FFS. La MGEN arrive dans l’escarcelle du ski français en plein milieu d’un programme marketing de quatre années débuté après les Jeux d’hiver de Pyeongchang 2018. « C’est pour cela que leur contrat est exceptionnellement décalé, confie le dirigeant. Il court de 2020 à 2024 ». La FFS compte plus d’une trentaine de partenaires.