Alexandre Fayeulle: «L’entreprise doit être au service des hommes»

Podcast. Tous les jours SportBusiness.Club prend des nouvelles des acteurs de l’écosystème du sport en France. Alexandre Fayeulle est le président d’Advens Securty. Armateur et sponsor principal du bateau du skipper Thomas Ruyant, qui doit prendre le départ du Vendée Globe en novembre 2020, il a décidé de laisser le naming de son Imoca à un projet solidaire, la plateforme LinkedOut. Il explique ce choix. Extrait.

Votre marque, Advens, s’efface du naming de votre bateau au profit de LinkedOud. Faites vous du mécénat ?

Alexandre Fayeulle : «En fait Advens n’est pas une marque grand public mais c’est une marque B to B (…). Malgré tout il y a plein de façon de faire rayonner notre projet. Ainsi, nous communiquons auprès de notre communauté sur ce projet avec LinkedOut et les raisons de ce choix. Il y a aussi une forte communication entre nos équipes et celles de TR Racing [écurie voile du skipper Thomas Ruyant] ce qui nous permet d’augmenter la performance technologique et la sécurité du bateau et du skipper (…). Finalement c’est un moyen de communiquer qui est beaucoup plus valorisant. Et tout le monde est gagnant. (…). Cela a plus de valeur et de sens

La communication des entreprises doit-elle aujourd’hui avoir plus de sens ?

A.F. : «En tant qu’entrepreneur j’ai une conviction profonde depuis longtemps : l’entreprise doit prendre sa part face aux urgences sociales et environnementales. Elle doit s’engager pour le bien commun. Je pense même que l’entreprise doit être au service des hommes et de la planète, et non l’inverse. Ce doit être une réelle solution au changement pour une société plus juste, plus fraternelle et plus durable. Le sens que l’on donne à nos activités (…) conditionne notre performance et notre avenir simplement parce que cela conditionne de plus en plus l’engagement de nos collaborateurs et nos clients. Actuels et futurs

Ecoutez le podcast d’Alexandre Fayeulle


Ses livres de sport préférés

La longue route (Editions Arthaud), un récit de Bernard Moitessier. Le navigateur raconte son tour du monde et demi en solitaire entre 1968 et 1969.

En version numérique sur le site de l’éditeur


L’Odysée de l’ «Endurance» (Editions Phébus), un roman d’Ernest Shacketon. Le récit de la première tentative, manquée, de traversée de l’Antarctique.

Sur le site de la Fnac


Son film de sport préféré

L’Odyssée du colibri (France, 2018). Documentaire de Jean-Marc Descamps. L’aventure du skipper Thomas Ruyant dans la construction de son projet Vendée Globe 2016 avec Le souffle du Nord. L’histoire qui a inspiré Alexandre Bayeulle pour s’investir dans la voile et auprès du navigateur. Les films d’ici