Redman s’offre des couleurs avec la voile

Nicolas Ponson (Redman), Antoine Carpentier (skipper), Matthias Navarro (Redman)

Le déconfinement donne des idées de grands espaces aux entreprises. Après la chaîne hôtelière Best Western c’est le promoteur immobilier Redman qui se lance dans le grand bain… la voile. La société doit annoncer un partenariat de trois ans avec Antoine Carpentier, double vainqueur de la Transat Jacques-Vabre (2017 et 2019) en Multi 50 (multicoques) mais spécialiste de la Classe 40 (monocoque). Un bateau tout neuf est en construction. Il sera mis à l’eau fin août début septembre. L’objectif c’est 2022 et la Route du Rhum que le marin a bouclé à la septième place lors de la dernière édition en 2018.

« Nous sommes partis sur un projet très ambitieux d’un point de vue sportif, lance Matthias Navarro, co-fondateur et co-président de Redman. Nous n’attendons pas un retour sur investissement direct. Nous sommes allés vers la voile pour ses valeurs, le dynamisme, la technologie et l’écologie ». Justement, l’entreprise d’urbanisme entend se positionner autour de deux idées : la ville zéro carbone et la ville inclusive. Des messages que le monocoque sera donc chargé de porter telle une vitrine de l’entreprise. « Le bateau aura un impact très important sur la société, », assure le dirigeant.

La communication restera concentrée à la sphère professionnelle. D’une part elle sera réalisée en direction de l’interne. Redman compte une soixantaine de collaborateurs répartis sur quatre sites en France (Paris, Bordeaux, Lyon, Aix-en-Provence) et un en Afrique, à Dakar au Sénégal. D’autre part, les activations seront tournées vers les clients, les grands investisseurs institutionnels, qui bénéficieront de programmes d’hospitalité durant les courses et des navigations en mer sur le bateau.

Le choix d’être armateur

Même si Matthias Navarro affirme que Redman « tourne à plein régime », malgré un contexte économique post-crise sanitaire assez difficile pour le secteur de l’immobilier, l’entreprise a fait le choix, courageux, d’être armateur et propriétaire de son bateau. Le simple coût de construction du Classe 40 de dernière génération s’élève entre 600 000 et 700 000 euros. Redman, lié contractuellement avec son skipper, prévoit quelques centaines de milliers d’euros annuels supplémentaires pour le fonctionnement de l’équipe d’Antoine Carpentier. « Ce sont des budgets raisonnables, nous n’avions pas l’intention de partir sur de plus gros bateaux, » explique Matthias Navarro.

C’est la première incursion dans le sponsoring sportif pour Redman. « Même si nous avons déjà été aux cotés d’Antoine lors de la Route du Rhum 2018, c’était de manière très minoritaire, indique le co-président de l’entreprise. Là, on prend une autre dimension. » Ce n’était pas la première prise de contact entre les deux hommes : ces deux là se connaissent depuis le collège. Il n’empêche, même si ces liens d’amitié sont à l’origine du projet, pour Redman l’opération a été mûrement réfléchie. La perspective d’une décroissance en France cette année ne décourage pas Matthias Navarro et son associé Nicolas Ponson : « Nous avons créé la société en 2007… juste avant la crise économique de 2008, » rappelle le premier. Dans la voile également il faut aussi savoir garder le cap lors des coups de vents.

© SportBusiness.Club Juin 2020