Vélo ou cyclisme, les deux pratiques cohabitent

Etudes. Tous les passionnés de bicyclette n’ont pas la même vision de leur pratique selon l’Observatoire du vélo connecté, une étude réalisée par l’Union Sport & Cycle et Sport Heroes. Alors que les passionnés recherchent principalement la dépense physique (71%) et le plaisir (68%), les autres pratiquants sont à la recherche de la détente (56%) ou l’écologie (34%). Deux roues et deux motivations différentes avant d’enfourcher la Petite Reine.

L’enquête révèle que le cycliste connecté type est un homme (89%), d’environ 40 ans. Celui-ci sort cinq fois par mois à vélo, plutôt le dimanche, où il parcourt approximativement 36 kilomètres (28 kilomètres pour une femme). En moyenne, le passionné de vélo dépense 1 900 euros. L’achat se fait dans 43% des cas chez un détaillant spécialisé avec une préférence à l’achat en magasin plutôt qu’en ligne (65% contre 35%), même si cette tendance s’inverse de plus en plus. Par ailleurs, quasiment 15% des vélos achetés le sont via des sites d’occasion.

Une grande partie de ces pratiquants connectés sont des adeptes du “vélotaf”, un phénomène de plus en plus récurrent. Ce pratiquant du vélo utilise son engin pour aller au travail : ils sont 46%. Les 25-34 ans sont les plus plus impliqués dans cette pratique utilitaire de transport : 61% d’entre eux sont des “vélotafeurs”. Toutefois, les cyclistes connectés pratiquent le vélotaf pour des raisons différentes : le plaisir de rouler (51%), la pratique d’une activité physique régulière (48%), des raisons écologiques (44%), et surtout la distanciation sociale (96%). La quasi-totalité souhaiterait d’ailleurs que la pratique soit encouragée par les entreprises (95%).

Nicolas Toison
© SportBusiness.Club Septembre 2020