Emmanuel Macron a rassuré le monde du sport

Ce sont deux heures trente que le Président de la République, Emmanuel Macron, a consacré au sport ce mardi 17 novembre. Accompagné du Premier ministre, Jean Castex, et de quatre ministres*, le Chef de l’Etat a écouté et discuté avec une vingtaine de représentants du monde du sport, athlètes, fédérations, ligues ou syndicats professionnels d’entreprises du secteur. « Nous avons eu une écoute attentive et bienveillante », assure Denis, Président du Comité national olympique et sport français (CNOSF).

De nombreux sujets ont été abordés durant cette réunion en visio-conférence, même si les membres du Gouvernement étaient eux à l’Elysée. Emmanuel Macron a ainsi donné son feu vert au lancement du Pass’ Sport, une aide permettant aux familles d’inscrire leurs enfants dans des clubs sportifs fédérés. Une enveloppe de 100 millions d’euros a été débloquée. Elle profitera aussi aux personnes en situation de handicap. « C’est un pas important, commente Denis Masseglia qui a porté ce projet avec le CNOSF. Ce serait bien que cette aide devienne pérenne ».

Une campagne de communication

Par ailleurs, un fonds d’urgence de 15 millions d’euros sera octroyé aux clubs amateurs et associations sportives qui doivent faire face à une baisse très importante des licenciés, et donc des cotisations. Ce recul a été estimé en moyenne à 26% dans les trois-quarts des clubs selon une étude diligentée par le CNOSF. « Nous allons interroger de nouveaux les clubs en décembre afin qu’ils estiment le coût de la crise sur leurs charges », indique le président du CNOSF. Ces différentes aides seront gérées par l’Agence nationale du sport, dont le budget augmentera donc d’autant.

La reprise de la pratique sportive et l’ouverture des installations a également été évoquée par le monde du sport. Emmanuel Macron a précisé que celle-ci pourrait reprendre vers le 18 ou le 19 décembre pour les mineurs. Ce sera toujours selon l’évolution de la situation sanitaire en France et avec la mise en place de règles sanitaires strictes. Ce qui convient à Denis Masseglia : « La loi doit être la même pour tous, insiste-t-il. On ne peut pas comprendre qu’il n’y ait personne dans les stades et des milliers de gens dans un centre commercial fermé ».

Concernant la pratique sportive, le Gouvernement, qui a écouté les recommandations du médiatique médecin Michel Cymés, présent lors de cette réunion, devrait lancer ces prochaines semaines une campagne de communication nationale afin d’inciter les Français et les jeunes à avoir une activité physique régulière.

Les salles de sport aidées

Pour le sport professionnel, Emmanuel Macron, qui a eu un mot très critique à propos du conflit avec Mediapro sur les droits tv de la Ligue 1, a confirmé qu’un fonds, venant de la Commission européenne, sera débloqué pour compenser les chutes des recettes de billetterie des clubs. L’enveloppe sera au total de 105 millions d’euros, et limitée à 5 millions par club. En revanche, le sport pro devra encore s’habituer au huis clos plusieurs semaines. Une ouverture de la jauge de spectateurs n’est pas envisagée avant mi-janvier 2021.

Par ailleurs, l’Etat, même s’il n’autorise pas la réouverture des salles de sport, va réfléchir à des aides permettant de compenser les pertes d’exploitation de ce secteur du loisir sportif à l’arrêt complet depuis la mise en place du confinement. Les entreprises de l’événementiel sportif pourront également solliciter des aides de l’Etat. De manière générale, des points d’étape seront faits régulièrement, tous les quinze jours ou trois semaines. « C’est important, car cela montre que désormais nous travaillons de manière concertée, estime Denis Masseglia. Nous sommes en phase de construction d’un autre type de relation. Cette réunion est un signal que le sport peut être reconsidéré dans notre pays ».

© SportBusiness.Club Novembre 2020

(*) Jean-Michel Blanquert, ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, Roxana Maracineanu, ministre chargée des Sports, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, Alain Griset, ministre en charge des petites et moyennes entreprises.