Le coronavirus continue de faire courir les Français.

Ce n’était pas qu’une simple illusion : le confinement imposé pour endiguer l’épidémie du coronavirus a poussé les Français à se préoccuper un peu plus de leur activité physique et à sortir courir. Selon une étude mondiale révélée par Asics à l’occasion de la Global Running Day, la Journée mondiale du running, 40% des pratiquants réguliers font plus d’exercices physiques aujourd’hui qu’avant le confinement, 82% des coureurs disent que le running les aide à se changer les idées, et autant estiment que la discipline les aide actuellement à se sentir plus mieux et moins stressé.

Sur ces points, les Français se situent dans la moyenne mondiale. Ainsi, si 40% indiquent affirment faire plus de sport, ce taux est supérieur à celui observé en Allemagne (34%), Italie (33%), Espagne (32%), Russie (21%) ou Japon (25%). En revanche, c’est en dessous des Etats-Unis (42%), du Royaume-Uni (43%), et très loin de la Chine (51%) et de l’Inde (61%). D’une manière générale, 70% veulent conserver le sport et l’exercice physique comme un élément important dans leur vie quotidienne. Un taux qui est supérieur en France (75%), comme en Italie (75%), en Espagne (75%) ou au Brésil (88%). Ce désir est plus faible en Allemagne (65%), au Royaume-Uni (61%) et aux Etats-Unis (59%).

Concernant la course à pied, Asics peut se réjouir : près de trois coureurs sur quatre (73%) veulent continuer à “runner” tranquillement et autant une fois que la crise sera passée. Nous sommes dans la moyenne cette fois (73%), derrière la Chine (80%), l’Espagne (76%) et les Etats-Unis (74%), mais devant le Royaume-Uni (72%), l’Allemagne (69%) et la Russie (52%). L’étude a été menée auprès de 14 000 sportifs réguliers dans 12 pays;

© SportBusiness.Club Juin 2020