Claude Atcher: « Le programme de partenariats est bouclé pour France 2023 »

Podcast. Depuis une semaine, Claude Atcher, le directeur du comité d’organisation de la Coupe du Monde 2023 en France, rêve encore plus grand pour son événement. Le volume impressionnant de l’impact économique calculé par le cabinet EY pour l’édition 2019 au Japon le stimule et le « challenge », comme il le confie à SportBusiness.Club. A l’automne dernier le mondial nippon aurait généré 4,47 milliards d’euros de retombées directes et indirectes.

L’événement aurait permis d’injecter 2,6 milliards d’euros dans le produit intérieur brut du Japon grâce à la venue de 242 000 visiteurs étrangers. En France, en 2023, le comité d’organisation en attend deux fois plus. Claude Atcher, qui affirme avoir signé avec les huit partenaires nationaux, est également conforté par les 46 000 emplois créés et conservés par le tournoi japonais. Il explique que France 2023 a placé la formation comme l’héritage central de l’événement et présente le “train France 2023” qui à la rentrée fera étape dans 24 villes, suivi à l’automne par le “bus de l’emploi” dans 80 autres. Extraits

Le montant de l’impact économique du mondial 2019 au Japon vous encourage-t-il ?

Claude Atcher : « Il nous encourage et nous challenge. C’est quand même une performance assez incroyable. Il n’y a pas un seul événement sportif aujourd’hui qui peut identifier des performances à ce niveau là, notamment concernant la consommation des visiteurs étrangers : au Japon, chaque visiteur étranger venu pour la Coupe du monde a dépensé en moyenne 5 000 euros pour des séjours de 17 jours. C’est énorme ! En 2015, en Angleterre, c’était 2 700 euros pour 14 jours. (…) Dans notre dossier de candidature, une étude réalisée par Deloitte estimait les retombées directes de France 2023 à 1,2 milliard d’euros. (…) A l’époque, il avait été dit que nous étions très optimistes ! »

Vous prévoyez huit partenaires nationaux. Où en êtes vous du plan marketing ?

C.A.: « GL Events est le seul partenaire national signé et annoncé. Nous avons signé avec les huit partenaires. Ce programme de partenariats est bouclé (…). Ils seront tous annoncés d’ici la mi-octobre ».

L’emploi est-il aujourd’hui un élément important de l’héritage que veut laisser France 2023 ?

C.A.: « C’est un élément clé de l’impact positif que nous voulons laisser au pays et au sport. L’organisation d’un événement sportif se doit répondre à la question de la raison d’être. L’une de la Coupe du monde de rugby est de laisser un impact positif dans les territoires au niveau du lien social et aussi de l’insertion professionnelle . (…) Nous allons permettre à 2 023 jeunes, qui seront salariés de France 2023, de se former aux taches de gestion d’un club à des niveaux similaires à ceux d’écoles de commerce. (…) C’est l’héritage que nous laisserons au sport français ».

Ecoutez le podcast de Claude Atcher


La Coupe du Monde prend le train

A trois ans, jour pour jour, du coup d’envoi de la Coupe du monde de rugby 2023, le comité d’organisation lancera son train à travers la France. Du 8 septembre au 12 octobre 2020, le convoi, aux couleurs de l’événement, sillonnera la France et s’arrêtera dans 24 villes, dont les 10 qui accueilleront les matchs du mondial. L’objectif de cet exposition itinérance est de faire découvrir au grand public les engagements sociétaux de France 2023. Juste après, suivra un bus pour l’emploi qui, lui, s’arrêtera dans 80 villes.