Leclerc: « Limiter notre impact sur le Tour, une évidence »

Podcast. Leclerc entame son deuxième Tour de France comme partenaire majeur. L’enseigne parraine le maillot à pois du meilleur grimpeur et dispose dans la caravane publicitaire du plus important dispositif avec onze véhicules dont… un melon et une fraise ! Pour Lionel Milesi, Directeur communication et digital de Scamark, la filiale consacrée aux marques propres de l’entreprise, cette édition permettra de mettre en avant le label Bio Village.

Interviewé devant les véhicules de sa caravane, au sein de l’agence Théobora qui les conçoit et fabrique, Lionel Milesi revient sur les objectifs de cette opération pour Leclerc. Le volet environnemental est un l’un des plus importants. Extraits.

Quels sont les critères à prendre en compte pour réaliser une bonne caravane publicitaire ?

Lionel Milesi : « Il faut surprendre et divertir. La caravane est un élément structurant du Tour de France. (…) Il faut également être joyeux et généreux : c’est pour cela que nous distribuons 900 000 échantillons aux spectateurs sur les bords des routes. Ce sont des gourmands et c’est pour cela que nous leur donnons des crackers à l’emmental ou des galettes pur beurre. Il faut beaucoup de joie et une bonne bande sonore permettant d’animer tout ça. Il faut faire plaisir aux gens. (…) Maintenant, compte-tenu des règles sanitaires et des protocoles demandés, nous avons dû nous adapter ».

Vous mettez en avant dans cette caravane des produits bio, locaux ou régionaux et des emballages dégradables. Est-ce pour l’image ?

L.M.: « On ne peut pas parler d’image. C’est plus une conviction. L’enseigne Leclerc a retiré 20 ans avant la loi les sacs plastique à usage unique. (…) Cela nous paraissait une évidence sur le Tour de France de limiter notre impact. (…) Dés septembre 2019 nous avons demandé à nos fournisseurs de fabriquer des emballages le moins polluant possible. Sur ce Tour 2020, nous sommes ravis d’avoir ce qui est à ma connaissance le premier échantillon alimentaire 100% emballé dans du papier. Cela parait peu, mais c’est un exploit. Surtout avec des produits certifiés bio, fabriqués en France et avec des matières premières majoritairement origine France ».

© SportBusiness.Club Août 2020

Ecoutez le podcast de Lionel Milesi


Ecoutez aussi le podcast de Michel-Edouard Leclerc en juillet 2019