« Sur le Tour, Sodexo démontre ses compétences »

Podcast. L’an prochain, Sodexo célébrera ses trente ans sur le Tour de France. L’entreprise de restauration, partenaire et restaurateur officiel de la compétition, nourrit la Grande Boucle. L’événement est devenu une vitrine de son savoir-faire, et notamment en hospitalité. Directrice de la marque et de la communication de Sodexo France, Florence Paris explique ce que l’entreprise française attend en retour.

Elle donne les détails du protocole mis en place pour respecter les règles sanitaires mises en place par Amaury Sport Organisation. Florence Paris revient aussi sur la politique environnementale dans laquelle s’est lancé Sodexo, notamment avec l’utilisation de couverts biodégradables ou la mise en avant de producteurs locaux durant les étapes du Tour de France. Extrait.

Comment Sodexo s’est adapté aux règles sanitaires sur le Tour de France ?

Florence Paris : « Nous nous sommes adaptés à toutes les contraintes sanitaires depuis la fin du confinement. Nous avons mis en place des mesures spécifiques sur le Tour de France, mais nous avions aussi quelques mois d’expérience. Nous avons mis plus de personnel à disposition pour pouvoir servir les gens. Jusqu’alors, les invités se servaient dans des buffets libre-service. Ils ont été supprimés. Il n’y a que des produits emballés. (…) Maintenant, c’est nous qui allons à la rencontre des consommateurs. (…) On a évidement mis en place des protections en plexiglas et mis à disposition du gel hydro-alcoolique. (…) Nos collaborateurs portaient déjà avant des tenues de protection, et évidemment, cette année, ils portent aussi un masque et respectent les gestes barrières ».

Qu’attend Sodexo de ce partenariat avec le Tour de France ?

F.P. : « De la visibilité, mais aussi de démontrer les compétences de nos équipes dans une certaine difficulté car le Tour de France n’est pas un événement facile à gérer. (…) Il faut montrer comment Sodexo est capable de mettre en place un dispositif avec le même niveau de qualité, durant trois semaines, dans des sites différents auxquels il faut s’adapter. Chaque lieu a une infrastructure différente. De plus, nous faisons des animations différentes en fonction de ces sites ».

Ecoutez le podcast de Florence Paris