Roland-Garros réduit de moitié sa billetterie

L’édition 2020 de Roland-Garros sera effectivement “étrange”, comme le fait remarquer Bernard Giudicelli, le président de la Fédération française de tennis (FFT). Le tournoi parisien, reporté du printemps à l’automne (27 septembre au 11 octobre) à cause de l’épidémie de coronavirus, ne fera pas le plein : pour être en conformité avec les contraintes sanitaires, seulement 50% à 60% de la jauge sera ouverte aux spectateurs. Cela correspond à un maximum de 20 000 personnes les premiers jours, et 10 000 le week-end des finales.

Sur les trois courts principaux, une place sera laissée libre entre les personnes ou les groupes. Pour les courts annexes, un siège sur deux sera condamné. « On s’adapte, commente Bernard Giudicelli. Cette année, la billetterie beaucoup plus flexible : les billets correspondront à un jour, un court et une catégorie. L’emplacement sera confirmé mi-septembre ». Ou pas, car si les conditions sanitaires devaient se durcir, la FFT annulerait alors les billets excédentaires et les rembourserait.

A l’inverse, et c’est ce que tout le monde espère, si le contexte s’améliorait à la rentrée, de nouveaux billets seraient remis en vente. « Dans le stade, nous mettrons en place une gestion des flux avec des sens de circulation et le port obligatoire du masque en déplacement, » précise le président de la FFT qui proposera son propre masque estampillé Roland-Garros. Cette baisse volontaire de la jauge aura des conséquences sur les revenus du tournoi : plus de 40% de recettes en moins pour la billetterie… et l’hospitalité dont le nombre de places sera contingenté de manière identique. Même si le Village et les allées du stade risquent de sonner un peu creux, ce sera mieux que le huis clos imposé par les autorités américaines à l’US Open fin août.

© SportBusiness.Club Juillet 2020