Un Tour de France placé sous bulle

Sauf nouvelle catastrophe, le 107e Tour de France cycliste partira samedi 29 août de Nice (Alpes-Maritime). Une date exceptionnelle, en raison du report de la course consécutif à l’épidémie du coronavirus, pour une édition qui le sera forcément aussi. Amaury Sport Organisation (ASO), propriétaire de l’épreuve, a publié ce jeudi 23 juillet les conditions qui seront appliquées aux coureurs et aux suiveurs durant l’épreuve. Elles sont dictées par les conditions sanitaires : autant dire qu’elles sont très strictes.

Le cœur de l’organisation sera constitué par la “Bulle Course”. Celle-ci englobera coureurs, encadrement des équipes, officiels et membres de l’organisation en course. Cette population vivra les trois semaines de la compétition quasiment en autarcie en « limitant au maximum toute interaction avec d’autres personnes en dehors de cette bulle, » précise le document de sept pages envoyé aux médias.

Les rapports avec le groupe des “suiveurs du Tour de France”, rassemblant tous les autres accrédités du Tour (autres membres de l’organisation, journalistes, partenaires…), seront rares et totalement encadrés. Ainsi, il n’y aura pas d’accès à la zone départ et au paddock où sont stationnés les bus des équipes. Une zone mixte, avec des boxes recevant 1 ou 2 journalistes maximum, permettra quand même de rencontrer et d’interroger les coureurs… mais à distance. Il vaudra mieux être équipé d’un micro (garni d’une charlotte de protection) et d’une perche.

Port du masque obligatoire !

Même topo à l’arrivée où le nombre de photographes installés juste après la ligne sera limité à huit (et ce sera à eux de s’accorder), contre une bonne vingtaine en temps normal. Comme au départ, une zone mixte, avec des boxes individuels et contrôlés, permettra d’interroger les coureurs (deux questions maximum par média) amenés par les attachés de presse des équipes. Par ailleurs, une conférence en visio permettra aux journalistes en salle de presse de poser des questions à distance au porteur du Maillot Jaune et au vainqueur de l’étape.

Bien-entendu, le port du masque sera obligatoire pour tous et dans la totalité des sites officiels Tour de France. Ce sera notamment le cas dans le Village départ, interdit aux coureurs, et sur la zone technique, dont l’accès sera strictement limité à la presse et aux techniciens. Dans les cars-commentateurs, des vitres en plexiglas sépareront les journalistes. Enfin, cette année, chaque accrédité du Tour de France sera “invité” à télécharger l’application Stop Covid et surtout à fournir une “attestation de négativité” après avoir subit un test de dépistage (PCR) au coronavirus réalisé moins de 5 jours avant son arrivée sur la course.

La troisième population identifiée par ASO, le “Public”, sera, de fait, encore plus tenu à l’écart des coureurs et, sans doute malheureusement, de la course. ASO précise que des équipes de formateurs inviteront et sensibiliseront les spectateurs à respecter les gestes barrières et mesures de distanciation en vigueur. Les accès aux zones départ et arrivée seront sans doute fermées au public ou limitées en nombre. Ce devrait également être le cas pour les montées de cols où les rigolos en maillots de bain “Borat” seront certainement très rares. Cela augure vraiment un drôle de Tour.

© SportBusiness.Club Juillet 2020